EDITORIAL SEO

Installation d’un pont roulant en industrie

Par Eredit - Groupe ERRA  Publié le 12 jan 2024
Pont Roulant

Un choix stratégique aux implications techniques complexes

Les sites de production industrielle, qu’il s’agisse d’usines, d’entrepôts logistiques, ou encore d’ateliers, requièrent bien souvent la manipulation de charges lourdes ou encombrantes. Or, pour des raisons évidentes de sécurité et d’ergonomie, il est impensable de compter sur la seule force physique humaine pour déplacer plusieurs tonnes de matières premières ou de produits finis. L’installation d’un pont roulant est alors incontournable.

Le dimensionnement : pierre angulaire de tout projet de pont roulant

Avant même d’envisager l’acquisition d’un pont roulant, il faut effectuer certains arbitrages techniques. Le dimensionnement de l’appareil est la première étape clé et influence directement le budget. En effet, la capacité de charge, la portée, ou encore la hauteur sous crochet ne peuvent être déterminées au hasard sous peine d’immobiliser un outil surdimensionné ou, à l’inverse, de mettre en péril la sécurité des opérateurs.

L’analyse fine des besoins en interne s’impose donc. Quel type de charges doit être déplacé ? S’agit-il de palettes, de bobines métalliques, ou de produits conditionnés ? Quelles sont les quantités unitaires et totales à manutentionner au quotidien ou lors d’opérations exceptionnelles ? Dans quel périmètre les charges sont-elles amenées à circuler ? Ce sont des questions auxquelles il convient de répondre méticuleusement avant de jeter son dévolu sur un modèle de pont roulant.

En sus des caractéristiques intrinsèques à la charge, l’infrastructure même du bâtiment influence largement le dimensionnement. La surface au sol, la hauteur sous plafond, ou encore la résistance de la charpente métallique contraignent physiquement l’envergure du futur pont roulant. Là encore, un relevé minutieux du site demeure indispensable en amont de l’installation tout comme la vgp l’est en aval.

La motorisation et les accessoires : des choix à mettre en cohérence avec l’usage

Une fois le dimensionnement arrêté, vient le temps de sélectionner les équipements périphériques. À commencer par le mode de motorisation, qui influe directement sur la maniabilité et la précision de la manipulation. Un pont roulant manuel conviendra pour des charges modestes et sur de courtes distances.

En revanche, au-delà d’1 tonne ou pour des cycles répétitifs, la motorisation s’impose. Celle-ci peut être électrique, hydraulique, ou pneumatique. Outre la charge et la fréquence d’utilisation, le choix dépendra également de l’environnement. L’électricité s’accommode mal des atmosphères explosives contrairement à l’air comprimé.

Par ailleurs, le pont peut être doté d’accessoires facilitant les opérations de manutention. Crochets, élingues, pinces, aimants, ou ventouses ne sont que quelques exemples d’équipements permettant d’adapter parfaitement le pont roulant à son usage. Là aussi, la définition précise des besoins en amont évitera tout sur ou sous-dimensionnement.

La sécurité avant tout !

En dépit d’une utilisation en apparence simple, un pont roulant induit des risques qu’il convient de maîtriser. Outre le dimensionnement lui-même, garanti par le constructeur, l’exploitant se doit de mettre en œuvre les dispositions adéquates.

La vérification générale périodique : une réglementation à respecter scrupuleusement

Sur le plan réglementaire, un arrêté soumet les ponts roulants à une vérification générale périodique (VGP) auprès d’un organisme de contrôle agréé. Celle-ci est à renouveler selon une fréquence dépendant de la capacité et du mode d’utilisation. Les installations les plus sollicitées doivent ainsi être inspectées tous les ans.

Au cours de cette vgp de pont roulant, sont passés au crible tous les éléments susceptibles d’altérer la sécurité. On peut citer notamment :

  • les rails ;
  • les boulons ;
  • les câbles ;
  • les crochets ;
  • les élingues, etc.

À l’issue du contrôle, l’organisme délivre un rapport détaillé mentionnant d’éventuelles réserves ainsi qu’un avis favorable ou défavorable à la poursuite de l’exploitation. En cas de non-conformité, l’exploitant est tenu de procéder aux travaux correctifs nécessaires.

Bien qu’astreignante, cette vérification réglementaire vise avant tout à préserver l’intégrité des opérateurs évoluant à proximité des ponts roulants. A fortiori lorsque ceux-ci surplombent des voies de circulation ou des postes de travail. D’où l’importance de ne pas négliger cette étape clé du suivi en service.

Former les utilisateurs pour prévenir tout accident

Au-delà de la machine elle-même, la composante humaine influe également sur la sécurité d’utilisation des ponts roulants. Une formation adaptée des caristes ou des pontiers s’impose ainsi avant toute mise en service. Celle-ci doit couvrir tant les aspects techniques de conduite que les consignes de sécurité élémentaires.

Parmi les bonnes pratiques essentielles figurent la vérification visuelle de l’absence de personnel au sol avant toute manœuvre, le respect des charges maximales admissibles, ou encore l’interdiction de circuler en surplomb des personnes. Des mesures simples, mais qui, appliquées rigoureusement de tous, préviennent efficacement le risque d’accident.


Logo Editorial SEO

Tél. : 0613526653
Courriel : contact@eredit.fr
Site internet : https://www.eredit.fr