Batipôle : Actualité BTP

Déplacement spectaculaire du Monument aux morts de Toulouse

Par Batipole Édition  Publié le 04 Sep 2023
Monument aux morts de Toulouse

Résumé pour les décideurs

ans le cadre des préparatifs pour la future Ligne C du métro à Toulouse, le Monument aux morts de 950 tonnes a été spectaculairement déplacé sur 30 mètres et pivoté de 90 degrés, sous la supervision du maire Jean-Luc Moudenc. L'opération s'inscrit dans la vision d'avenir de Toulouse pour renforcer son réseau de transport en commun, avec François-Verdier prévu comme principal hub de connexion. Le monument reviendra à son emplacement original en 2027.



Pour la future Ligne C du métro Toulousain.

Un exploit architectural s'est déroulé à Toulouse : le Monument aux morts de 950 tonnes a été déplacé pour accueillir une nouvelle ligne de métro.

Le contexte : pourquoi un tel mouvement ?

Tout commença un jeudi, le 31 août plus précisément, lorsque la décision fut prise de relocaliser un témoin historique de la ville, le Monument aux morts de Toulouse. Pesant près de 950 tonnes, cette imposante structure située non loin de l'arrêt de métro François-Verdier a été déplacée d'une trentaine de mètres. Mais ce n'était pas une simple translation ; le monument a également effectué une rotation de 90 degrés sur les allées, trouvant finalement sa nouvelle demeure entre les ombres protectrices des platanes, sur l’esplanade du 19 août 1944.

L'enjeu derrière ce déplacement

La question qui se pose naturellement est : pour quelle raison entreprendre une opération d'une telle envergure ? La réponse se trouve dans le développement continu du réseau de transport de la ville. En effet, cette manœuvre prépare le terrain pour la construction de la future Ligne C du métro. Il est essentiel de comprendre que ce déplacement n'est pas un acte impromptu. Au contraire, il a été précédé de plusieurs mois de travaux préparatoires orchestrés par Tisséo, la société responsable du réseau des transports en commun toulousain.

Une opération sous haute surveillance

L'importance du monument dans le patrimoine toulousain a nécessité une attention et une précision extrêmes. La ville n'a pas souhaité démonter le monument pour cette opération, ce qui a rendu le déplacement encore plus spectaculaire. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a personnellement supervisé l'événement, marquant ainsi l'importance et le respect que la ville accorde à son histoire tout en embrassant le futur.

Vision d'avenir : François-Verdier, un carrefour névralgique

La station François-Verdier n'est pas destinée à rester un simple arrêt de métro. Avec l'arrivée de la Ligne C, elle deviendra un point de connexion majeur, reliant les lignes B et C du métro et intégrant pas moins de six lignes de bus. Un véritable carrefour pour le transport en commun de la ville.

Qu'adviendra-t-il du Monument aux morts à l'avenir ?

Pour ceux qui pourraient être préoccupés par le futur de ce monument emblématique, qu'ils soient rassurés : il n'a pas dit son dernier mot. Lorsque la troisième ligne de métro ouvrira ses portes en 2027, le Monument aux morts retrouvera son positionnement initial, rappelant ainsi à tous la capacité de Toulouse à jongler entre respect du passé et vision d'avenir.

Synthèse :

L'imposant Monument aux morts de Toulouse a été déplacé dans une opération spectaculaire pour faciliter la construction de la nouvelle Ligne C du métro. Grâce à la vision d'avenir de la ville et à l'engagement de Tisséo, François-Verdier est en passe de devenir un carrefour vital du transport en commun. Le respect de la ville pour son patrimoine est clairement évident, avec des plans pour ramener le monument à son emplacement original d'ici 2027.


A propos du Monument aux morts de Toulouse :

Le Monument aux morts de Toulouse, appelé aussi le "Monument des Combattants de la Haute-Garonne", se situe dans le quartier Saint-Étienne de Toulouse, dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Érigé après la Première Guerre mondiale, ce monument est l'œuvre de l'architecte Léon Jaussely et du sculpteur toulousain Antonin Mercié. Il a été inauguré en 1932 pour rendre hommage aux combattants de la Haute-Garonne morts pendant la Grande Guerre. Il se distingue par sa grande sculpture de bronze représentant une Victoire ailée qui porte dans ses bras un soldat mourant, une scène poignante et emblématique du sacrifice des soldats.

L'emplacement du monument, près de l'Allée François Verdier, est hautement symbolique car il est entouré d'autres monuments et bâtiments importants, tels que le Jardin des Plantes et le Grand Rond. C'est un lieu privilégié pour les cérémonies du 11 novembre, jour de l'Armistice.

Au fil des ans, le Monument aux morts de Toulouse est devenu un lieu de mémoire pour d'autres conflits, notamment la Seconde Guerre mondiale, les guerres d'Indochine et d'Algérie.

Encore aujourd'hui, ce monument est un rappel de l'importance du souvenir et du respect envers ceux qui ont sacrifié leur vie pour la liberté et la paix.


Crédit photo : Rémy Gabalda avec M.H.










L'agitation


5582
Des menuiseries bois dans l'authenticité du style Haussmannien

606

16

À découvrir

Salle de Presse BTP